Gouvieux et son histoire

Géographie

Situation et communes limitrophes

Gouvieux est situé au sud du département de l’Oise, à e 38 km au nord de Paris, au nord de la forêt de Chantilly, près de la rive gauche de l’Oise, Le log de la Nonette. Les communes limitrophes sont : Chantilly, Lamorlaye (l’autre cité du cheval), Saint Maximin et de l’autre côté de l’Oise : Boran sur Oise, Précy sur Oise, St leu d’Esserent (ces 4 communes font partie de la communauté de commune pierre sud Oise)[]. Gouvieux, comporte quatre hameaux, le long de la vallée de la Nonette : La Chaussée, Les Carrières, Chaumont (long village-rue) et Toutevoie (à l’embouchure de la Nonette se jetant dans l’Oise), mais aussi les urbanisations modernes du Parc des Aigles et du Parc du Manoir, lesquels jouxtent Chantilly. Et, fait particulier, la RD 1016 partage Chantilly et Gouvieux, de part et d’autre.

La gare de Chantilly – Gouvieux se situe sur le territoire de Gouvieux. Créée pour halte au nord de Paris pour la haute société Parisienne, la baronne de Rothschild a concédé le terrain pour la proximité du champ de courses de Chantilly

En haut des hameaux de Chaumont et Toutevoie se trouvent des carrières de calcaire, souterraines et maintenant abandonnées. Elles ont servi au stockage de V1 pendant la deuxième guerre mondiale, (ce qui a valu à Gouvieux d’être régulièrement bombardée par l’aviation alliée), et plus récemment exploitées comme champignonnières. Les carrières étaient  utilisées auparavant comme habitations troglodytes, à flanc de coteau.

La Nonette entre sur le territoire communal au niveau du viaduc de la Canardière (Chantilly). D’abord canalisée au lieu-dit « la Canardière », où se situait le vaste étang de Gouvieux jusqu'au milieu du XVIIIe siècle, la rivière décrit des méandres et irrigue des pâturages et des grands domaines privés. Le point culminant de Gouvieux est le « le Pain de Sucre », dans un cadre forestier, caractéristique de la commune.

On trouve aussi le grand terrain d'entraînement hippique des Aigles qui occupe tout le reste de l'espace entre Gouvieux et Chantilly.

La forêt du Lys, (8% sur Gouvieux) est une partie annexe de la forêt de Chantilly, l’autre partie étant sur Lamorlaye Gouvieux possède aussi une forêt communale.

 Administration

La mairie de Gouvieux

La mairie de Gouvieux.

Politique de protection de l'environnement

Une partie du patrimoine naturel et paysager de Gouvieux est protégée par deux ZNIEFF : le bois des Bouleaux, et le marais Dozet (dont les trois quarts sont situés sur la commune de Précy sur Oise.

En outre, le lieu-dit « La Canardière », ancien étang entre dans le site naturel classé « Domaine de Chantilly », créé par arrêté du 28 décembre1960. Le « Terrain des Aigles », complexe d'entraînement hippique de France galop (220 ha), a été inscrit également.,

L'ensemble de la commune fait partie du vaste site naturel inscrit de la vallée de la Nonette, créé par arrêté du 6 février 1970. Ce site inscrit a préfiguré le Parc naturel Régional Oise – Pays de France, pour sa partie située dans l'Oise, (lequel fut créé par décret du 13 janvier 2004

Les chevaux et les écuries

Avec Lamorlaye, Gouvieux compte également un nombre important de chevaux (environ un millier, et la présence de grands noms des champs de course, ainsi l’Aga Khan et son « Domaine d'Aiglemont », et d’autres appartenant à des émirs.

Lieux et monuments

Monuments historiques

Gouvieux compte deux monuments historiques inscrits sur son territoire.

Église Sainte-Geneviève, clocher et façade occidentale.

Le porche de l'église, sur la façade méridionale.

« Les Tourelles », portail du domaine des Fontaines.    

La « Ferme normande », sur le domaine des Fontaines.

L’église Sainte-Geneviève (inscrite monument historique par arrêté du 11 mai 1988) : Ses parties les plus anciennes pourraient remonter vers l'an1200 environ. Les nombreux remaniements, en partie des consolidations dues à la mauvaise qualité de terrain (du fait des nombreuses sources en sous sol), ont fait de l'église un bâtiment assez composite. Une reconstruction a eu lieu auXVIIIe siècle. En 1982, le clocher a failli s'incliner et tomber, car les pieux en chêne sur lesquels il était bâti étaient pourris suite à l'abaissement de la nappe phréatique. D’où des travaux de sauvetage en urgence. Les orgues et les vitaux de l'église sont récents. On y trouve une vierge à l’enfant, des fonts baptismaux du XIV e siècle, et une toile de sainte Geneviève gardant les moutons du XVIIIe siècle.

Le domaine des Fontaines, entre le centre-ville et Chantilly (façades, toitures et escalier monumental du château, façades, toitures et pavillon octogonal de la ferme normande sur la route, façades et toitures des « Tourelles » ; « maison du pêcheur » inscrits Monuments historiques par arrêté du 9 août1988). Le domaine a été fondé en 1781 par Jacques Berthault, entrepreneur de bâtiment à Paris, et originaire de Chantilly, grande maison dans un grand parc. Le domaine fut divisé en deux parties vers 1833. Le secteur du jardin anglais fut loti et coupé par la voie de chemin de fer. L'autre partie fut acquise en 1878 par Nathan-James de Rothschild, qui fit construire un château achevé en1881. Les Rothschild abandonnèrent ce château en 1933. Pendant la guerre, le château servit de PC pour la Luftwaffe, puis fut occupé par les Américains après la Libération. En 1946, la famille le vendit finalement aux Jésuites, qui y installèrent leur séminaire des missions. Ils firent bâtir une chapelle décorée d'une fresque d’Albert Gleizes en 1950, avec  une maison d'hôtes pour les séminaristes et surtout une grande bibliothèque. Celle-ci comprenait environ 700.000 ouvrages dont un cahier de la rarissime et célèbre « bible de Gutenberg ». L'activité cessa en 1970, et les Jésuites quittèrent Gouvieux en 1999.  (ne se visite pas)

Autres éléments du patrimoine

·         Château de la Tour : fausse tour médiévale.        

Haras « Le Pré Nonette », écuries.     

Château de Gouvieux, au centre-ville.        

Le moulin des Planches, au nord du bourg.

Le Château de Montvillargenne est une grande demeure sans beaucoup de style. C’est actuellement un hôtel de luxe.

Le Château de la Tour, de style anglo-normand était une  résidence de campagne pour une célèbre famille de banquiers parisiens. Le nom du château est justifié par un pastiche d'une tour médiévale.

Les Haras du « pré de la Nonette, avec son manoir, et ses écuries à colombages.

Le Château de Gouvieux, place du général Marchand

Le Moulin des Planches ou moulin Languedoc, chemin du Pont des Planches. Il date de 1791 et a fonctionné jusqu'en 1950. Son mécanisme intérieur, sa roue à aubes, son bief, et les trois vannes subsistent encore. Il fait partie des dix moulins à eau le long de la Nonette.

·         Habitation troglodytique.

Ces maisons sont orientées vers le sud et présentent l'avantage d'un climat frais en été et pas trop froid en hiver. Plusieurs communes des environs comportent également des habitations troglodytiques.

 Trois vieux lavoirs, chemin du moulin des Planches, hameau de Chaumont, hameau de la Chaussée. Ces trois lavoirs sont établis sur la Nonette. Les lavoirs de Chaumont et de La Chaussée présentent une exécution très soignée en pierre de taille. Celui de La Chaussée conserve son poêle maçonné en brique, ayant servi à chauffer l'eau de lessive. D'autres lavoirs subsistent sur la commune, mais ne sont pas visibles depuis le domaine public. Ainsi le grand lavoir de Gouvieux, dont on ne voit que le mur extérieur.

L’histoire de Gouvieux

La Société historique de Gouvieux est très active, favorisée par la présence de la bibliothèque très importante des Jésuites du Domaine des fontaines.

Le Néolithique

On note une présence au néolithique attestée par une tombe retrouvée lors de fouilles en 1997.

Au début de notre ère (I et II e siècle)

La commune s'est appelée: Gouviacum, ou Gouverium.
Elle est célèbre par son camp de César au dessus du hameau des Carrières. Tout le périmètre est garni d'un rempart en terre et moellons élevé de 6 à 8 mètres sur 1200 de long, assez bien conservé. Jules César aurait campé dans ce lieu lorsqu'il pénétra dans le pays des Bellovaques.

Une ferme gallo-romaine occupait les bords de l’Oise. On y a retrouvé une fonderie et même… de la fausse monnaie !

Avant le moyen âge

Gouvieux est une possession royale (attestée en 863). La légende dit que Ste Geneviève vint se réfugier à Gouvieux. Une chapelle a été érigée en son honneur et pour sa dévotion.

Déjà à cette époque, le sort de Chantilly est lié à celui de Gouvieux.

Le bas moyen âge

En l’an 1060, la reine de France, Anne de Kiev fonde l’abbaye St Vincent à Senlis. Elle fait don aux moines d’un des moulins de Gouvieux.

En 1160, Louis VI le gros donne à cette abbaye, la chapelle St Germain, laquelle deviendra St Germer.

En 1196, Philippe Auguste échange la Chatellénie de Montmélian (dont fait partie Gouvieux) contre la ville de Vernon. A partir de cette date, ce sont les seigneurs de Vernon qui deviennent seigneurs de Gouvieux et non plus les rois de France.

En 1230, le seigneur de Dammartin fait creuser le grand étang de Gouvieux dans les marais de la Nonette. La digue de retenue, s’appellera La Chaussée, d’où le nom du hameau.

En 1231, Jean de Vernon, donne la liberté aux serfs de Gouvieux.

En 1283, l’abbaye de Saint Denis acquiert la seigneurie de Gouvieux.

Le haut moyen âge

En 1358, pendant la guerre de cent ans, les Anglais occupent Creil et les environs. Gouvieux est mis à sac, et doit payer une forte rançon.

Le comte de Dammartin vend l’étang de Gouvieux au roi Charles V.  L’étang de Gouvieux, le domaine de La Chaussée et la châtellenie de Creil sont réunis à la couronne de France. Charles V, viendra passer 2 mois à Gouvieux, d’où il dirigera le royaume.

En 1471, Louis XI donne l’étang de Gouvieux à l’Abbaye de Saint Denis.

Du XVIe siècle à la révolution

En 1534, les revenus de l’étang de Gouvieux sont attribués à Anne de montmorency.

En 1658, le barrage de l’étang de La Chaussée, "le plus célèbre du Beauvaisis", cède. Alors l’étang est asséché depuis Chantilly jusqu'à l'Oise.

En 1660, le domaine de la Chaussée devient propriété des Condé.

Les princes de Condé firent exécuter des fouilles sur les bords de l’Oise, au XVIIeme et en conservèrent les vestiges à Chantilly.

1789, le prince de Condé s’enfuit. Gouvieux devient « terre sans seigneur ».

1791, Louis Thomas Lafleur, curé de Gouvieux devient le premier maire de la ville.

En 1792, le meunier Pigeonnet est tué par les gardes nationaux sur ordre de « la terreur ». Mais ce ne sera que la seule victime à Gouvieux.

1793, une quinzaine de godviciens sont incarcérés dans le château de Chantilly, devenu prison. Ils étaient pour la plupart des gardes du prince de Condé.

L’époque moderne

Le développement industriel et le gout pour les chevaux, la chasse en forêt, font que des banquiers et autres hommes d’affaires, viennent s’installer sur Gouvieux . on dénombrera quantité de châteaux ou folies du XIX e siècle. (12 environ)

La famille de Rothschild fera partie des principaux propriétaires.

Jeanne de Rothschild permettra l’implantation de la gare de Gouvieux tout près de Chantilly. Elle deviendra une grande bienfaitrice des habitants de Gouvieux, leur permettant de se soigner et aux enfants de s’instruire. En 1891, elle fonde l’hôpital de Gouvieux, lequel servira pendant la première guerre mondiale.

1882, la société d’encouragement hippique acquiert le domaine des Aigles, et le transformera en terrain d’entrainement pour les chevaux de courses. A noter que ce terrain servira aux avions français pendant la première guerre mondiale. Et aussi au but de la seconde guerre mondiale 1939-1940.

De nos jours

Gouvieux est un gros bourg en son centre ville, conservant un caractère de village.

Les domaines du parc des aigles et du parc du manoir ont été construits d’immeubles modernes  pour des gens travaillant sur Paris.

INDUSTRIE

Durant des siècles la pierre a été exploitée pour les constructions et le calcaire.

Les carrières ont ensuite été utilisées comme champignonnières.

On trouve actuellement

      un atelier De Mécanique générale, mécano-soudure, usinage, études industrielles

      Une fabrique de portails automatiques, rideaux, contrôles d’accès

      Une entreprise de teinture par impression sur tissus